Abréviations de « monsieur » et « madame »

1 mars 2021 | Grammaire

Abréviations de « monsieur », « madame » et « mademoiselle »

 

Parmi les titres de civilité, les abréviations de « monsieur », « madame », « mademoiselle » et leurs pluriels sont souvent sources d’erreurs. Si de nombreux débats se tiennent à leur sujet, les orthographes actuellement admises sont les suivantes.
L’abréviation de « monsieur » est « M. », avec un point. Celle de « messieurs » est « MM. », avec un point et deux majuscules.
L’abréviation de « madame » est « Mme ». Celle de « mesdames » est « Mmes ».
Si les mots « mademoiselle » et « mesdemoiselles » sont encore utilisés, leurs abréviations sont respectivement « Mlle » et « Mlles ».

Ces formes abrégées ne s’utilisent que devant le nom ou le titre des personnes concernées et non, par exemple, lorsque l’on interpelle une personne (« Je suis là, madame ! ») ou que l’on désigne quelqu’un en dehors de ces cas-là (« J’ai vu un monsieur aux chaussures bleues. »).

 

D’où vient l’abréviation « Mr » ?

 

Il peut nous arriver de lire d’autres abréviations que celles citées plus haut.

Parmi elles, il y a « Mr. » qui est l’abréviation du mot « mister » en anglais américain. « Mr » est celle de « mister » en anglais britannique, ainsi que, avant le XXe siècle, celle de « monsieur », ce qui ne devrait plus être le cas aujourd’hui.
Quant à « Mrs » et « Mrs. », il s’agit des abréviations de « mistress », respectivement en anglais britannique et américain.
De leur côté, « monseigneur » s’abrège en « Mgr » et « maître » en « Me ».

 

La place de la majuscule

 

Les mots « monsieur », « madame », « mademoiselle » et leurs pluriels ne prennent généralement pas de majuscule, sauf dans le cas d’une correspondance. C’est le cas par exemple des courriers, qu’ils soient manuscrits ou électroniques.

 

Pour aller plus loin

 

Nous pouvons soulever le fait que certaines de ces abréviations peuvent s’écrire avec des exposants (comme « Mme » ou « Mmes »), ce qui, en pratique, est rarement réalisé. Cela s’explique par des difficultés dactylographiques, notamment par le biais de l’écriture numérique. Sans plus rentrer dans les détails, il s’agit là d’une question d’experts, et, dans la majorité des cas, les deux formes seront acceptées.

 

Retrouvez nos autres articles de grammaire.

Étiquettes : Orthotypographie

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi…